Certains bébés souffrent d’otites à répétition, d’autres n’en auront jamais. Pour mieux comprendre ce problème d’oreille, voici quelques renseignements de base et conseils.

 

Description de l’otite

L’otite chez l’enfant constitue l’un des problème les plus fréquents en médecine pédiatrique. La première apparition se situe vers l’âge de 6 à 9 mois jusqu’à 2 ans. Une autre phase moins importante se manifeste vers l’âge de 5 ans à la rentrée scolaire. On observe que 80% des enfants auront une otite avant l’âge de 3 ans et que 45% en feront au moins 3 durant cette période de leur vie.

L’infection se situe dans l’oreille moyenne qui est située derrière le tympan, en pédiatrie on parle donc de l’otite moyenne aiguë (OMA). L’OMA survient souvent à la suite d’une infection respiratoire  telle qu’un rhume, une sinusite ou une bronchiolite. La cause de l’infection peut être virale ou bactérienne. Les facteurs de risque qui peuvent augmenter le risque d’une OMA sont :

  • l’exposition à la fumée secondaire
  • la fréquentation d’un service de garde
  • l’alimentation avec formule lactée les premiers mois de vie
  • un facteur génétique
  • l’alimentation au biberon en position couchée
  • des régurgitations quotidiennes durant les premiers mois de vie
  • des végétations adénoïdes abondantes
  • des allergies respiratoires.

 

Manifestations cliniques

Les symptômes de l’otite (OMA) comprennent plusieurs manifestations qui peuvent être présentes partiellement ou en totalité, et plus ou moins importantes selon la gravité de l’infection :

  • douleur localisée à 1 ou 2 oreilles
  • fièvre
  • perte d’appétit, sommeil perturbé
  • irritabilité et pleurs fréquents
  • vomissements et nausée
  • diarrhée
  • audition diminuée.

L’otite n’est pas contagieuse, elle ne se transmet pas comme le rhume, mais le rhume prédispose l’enfant à développer une otite. On confirme le diagnostic d’une OMA lors de l’examen de l’oreille pratiqué à l’aide d’un otoscope qui confirme la présence des signes suivants :

  • bombement du tympan
  • couleur grise et mate de la membrane du tympan
  • inflammation du tympan
  • mobilité réduite ou absente de la membrane du tympan, lors d’un examen avec une insufflation d’air (otoscopie pneumatique).

 

Traitement médical

Dans plusieurs cas d’otites (OMA), les traitements sont controversés. Les agents contagieux sont à la fois viraux et bactériens et les antibiotiques utilisés ne sont pas toujours efficaces. Plus de 80% des OMA guérissent d’elles-mêmes. L’utilisation excessive des antibiotiques favorise l’apparition de souches contagieuses résistantes. Les organisations pédiatriques tenant compte de ce phénomène recommandent fortement l’antibiothérapie de départ (sans période d’observation de quelques jours) uniquement pour les patients à haut risque et ceux qui sont à leur quatrième épisode en moins de six mois.

Pour le  soulagement de la douleur et le contrôle de la fièvre, on utilise l’acétaminophène (Tempra) et l’ibuprofène (Advil) et pour des symptômes plus sévères, la codéine. Lors d’une période d’observation avant la prescription d’antibiotiques, le médecin doit considérer les circonstances suivantes :

  • un diagnostic incertain d’OMA pour un enfant de plus de 6 mois avec un état général légèrement perturbé (douleur légère, fièvre sous 39°C)
  • un diagnostic confirmé d’OMA pour un enfant de plus de 2 ans avec des symptômes légers.

Pour un enfant de moins de six mois, on recommande l’administration d’antibiotiques sans période d’observation.

Si à la suite d’une période d’observation de 48 à 72 heures, l’enfant présente les mêmes symptômes, et malgré le fait que 80% des OMA vont se résoudre d’elles-mêmes, le médecin peut prescrire des antibiotiques.

L’administration précoce des antibiotiques réduit les symptômes de fièvre et de douleur et prévient les complications qui demeurent très rares. Ces complications sont :

  • méningite
  • labyrinthite
  • mastoïdite
  • altération de l’audition.

Otites multiples et otite moyenne avec épanchement (OME)

La fréquence des épisodes d’OMA peut occasionner une accumulation de liquide (épanchement) dans l’oreille moyenne causée par la guérison incomplète de l’infection. Dans 90% des cas, le liquide se résorbe de lui-même en moins de trois mois. Au-delà de cette période, si le liquide est encore présent, on identifie cette condition clinique comme étant une otite moyenne avec épanchement (OME). Une OME peut aussi être causée par la présence de végétations adénoïdes (hypertrophiées) présentes en grande quantité dans les voix nasales de l’enfant, qui occasionne beaucoup d’écoulement dans le nez et la trompe auditive, vers l’oreille moyenne.

L’oreille moyenne est ventilée (aérée) 3 à 4 fois par minute lorsque l’enfant avale et qu’il bâille grâce à la trompe auditive (d’Eustache). La trompe auditive relie l’oreille moyenne à la gorge, au nez et aux sinus, qui sont tous reliés entre eux (nasopharynx). Sa fonction est d’équilibrer la pression dans l’oreille et de drainer les débris de l’oreille moyenne, et de la protéger aussi contre le reflux des sécrétions présentes dans le nasopharynx de l’enfant. Chez l’adulte,  la trompe auditive mesure  environ 35 et 45 mm.

Chez le bébé, elle est de la moitié de cette longueur, elle atteindra sa taille définitive autour de l’âge de 7 ans. De plus, la trompe auditive chez le bébé est placée davantage à l’horizontale que chez l’adulte. Ces deux particularités anatomiques sont en partie responsables de l’incapacité à l’oreille moyenne chez le bébé et l’enfant de pouvoir être drainée des liquides occasionnés par des épisodes d’OMA, ou des végétations adénoïdes abondantes.

Le liquide contenu dans l’oreille moyenne peut être stérile (sans infection) ou contenir des bactéries. En présence d’une OME, l’enfant ne ressent pas de douleur à l’oreille ou elle est légère et intermittente. La fièvre n’est souvent pas présente. Les parents observent que leur bébé ou leur enfant entend moins bien, l’audition est diminuée par la présence de liquide dans l’oreille moyenne. L’enfant plus âgé peut exprimer aux parents ressentir une impression d’oreille bouchée ou de pression dans les oreilles.

Le médecin va diagnostiquer une OME à l’aide d’un examen de l’oreille avec un otoscope. Le tympan de l’oreille est alors de couleur grise ou orangé. De plus à l’aide d’un examen où l’on insuffle de l’air dans l’oreille (otoscopie pneumatique), on constate que le tympan est immobile. De 30 à 40% des enfants âgés de plus de 6 mois auront un épisode d’OME qui persistera durant plusieurs mois et de 5 à 10% s’échelonneront sur plus d’un an.

Le suivi d’un enfant avec une OME (qui n’est pas à risque d’avoir des difficultés de langage ou d’apprentissage causées par la diminution de l’audition) se fait auprès du médecin tous les 3 à 6 mois, et ce jusqu’à la disparition complète du liquide. Dans 90% des cas, le liquide s’élimine de lui-même.

Le médecin peut choisir de procéder à une chirurgie dans l’oreille en pratiquant une incision sur le tympan (myringotomie) pour introduire un tube d’aération afin de drainer le liquide localisé dans l’oreille moyenne. Cette intervention est pratiquée lorsque l’enfant présente une perte d’audition supérieure à 40dB au test d’audiométrie ou lorsque l’enfant présente des difficultés de langage et d’apprentissage causées par la diminution de l’audition. Une chirurgie pour retirer les végétations adénoïdes abondantes est aussi pratiquée à ce moment si elle est la cause de l’OME.

 

Traitement en ostéopathie

Les protocoles médicaux, soit l’usage d’antibiotiques dans le cas d’OMA et l’installation des tubes d’aération (myringotomie) pour le cas d’OME, sont controversés quant à leur utilité et aux résultats à moyen et long terme, selon les données cliniques en médecine pédiatrique.

Selon les statistiques en médecine traditionnelle, un enfant âgé de 6 mois à environ 5 ans sera exposé à des infections répétitives de l’oreille et des complications causées par ces infections, sans qu’il semble y avoir d’autre option thérapeutique efficace pour aider l’enfant. L’approche de l’ostéopathie dans la dynamique thérapeutique de l’otite vise à augmenter le potentiel de guérison de l’infection de l’oreille dès le premier épisode d’OMA, afin d’éviter les récidives et ses complications échelonnées sur plusieurs mois et années. Les grands principes de l’ostéopathie s’intéressent à augmenter ce potentiel, en normalisant les structures vasculaires, nerveuses et osseuses qui sont en relation avec l’infection de l’oreille et l’infection des voies respiratoires qui est la cause l’otite.

L’oreille moyenne et la trompe auditive sont situées à l’intérieur de l’os temporal. L’os temporal est relié avec celui de la mâchoire, l’os mandibulaire dans son rapport avec la mobilité de la trompe auditive, lorsque l’enfant avale et bâille. L’os de la base du crâne, l’occiput, est en relation avec l’os temporal à cause d’une articulation (suture) dans laquelle circulent des artères, veines et nerfs. Ceux-ci jouent un rôle très important dans la capacité de guérison des infections présentes lors d’un premier épisode d’OMA ou lors d’une OME.

Lors d’une infection, l’inflammation vient réduire les rapports de mobilité de ces structures et altère leurs fonctions vasculaires et nerveuses à cause de la présence de tissu cicatriciel et des toxines résultant de l’infection.

Lors d’un traitement, l’ostéopathe après un questionnaire clinique sur la condition de santé globale de l’enfant depuis la naissance procède à une évaluation complète de l’enfant et porte une attention très précise à l’examen de l’enfant. Il évalue aussi les vertèbres, car elles sont en relation avec l’apport vasculaire et nerveux du crâne et des voies respiratoires. Des techniques ostéopathiques, soient des manipulations légères et précises, sont effectuées selon une procédure clinique découlant de l’évaluation. L’objectif clinique vise à restaurer la fonction des veines, artères, nerfs et structures osseuses qui ont été altérées dans leur mobilité à la suite de l’infection. Ultimement, le corps tend vers une guérison autonome lorsque le sang et l’apport nerveux circulent librement afin de normaliser les infections.

En ma qualité d’ostéopathe spécialisée auprès de l’enfant et du bébé, j’enseigne aux parents la pratique de massages simples et précis à effectuer sur le crâne de leur enfant. Ces massages visent à augmenter la circulation vasculaire et nerveuse vers l’oreille moyenne, la trompe auditive et les voies respiratoires (gorge, nez et sinus). Ces massages quotidiens accélèrent la guérison de l’infection et réduisent ainsi le nombre de visites en ostéopathie. Lors d’un épisode d’OMA ou d’une OME, l’ostéopathe rencontre en moyenne l’enfant entre 2 à 4 fois seulement selon la sévérité de sa condition.

Des conseils aux parents sont recommandés, tels que :

  • utilisation de la position semi-inclinée durant le sommeil
  • utilisation modérée de produits d’hygiène nasale (HydraSense)
  • enseigner à l’enfant plus âgé à se moucher fréquemment
  • garder les voies nasales du bébé libres de sécrétions, utilisation modérée du mouche bébé
  • éviter la fumée secondaire dans la maison
  • ne pas donner le biberon en position horizontale au bébé
  • utilisation de Tempra (acétaminophène) pour contrôler la fièvre
  • utilisation d’Advil pour enfant (ibuprofène) pour contrôler la douleur.

 

Références

Turgeon J. et al, Dictionnaire thérapeutique pédiatrique Weber, 2e édition, Gaëtan Morin Éditeur, 2008

Le Manuel Merck, traduction en français de la 18e édition, Merck Research Laboratories, 2006

American Academy of Pediatrics, Diagnosis management of acute otitis media, Pediatrics, 2004

Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans, Institut national de santé publique du Québec, 2008

Sergueef N., Ostéopathie pédiatrique, Elsevier Masson SAS, 2007

Barral J.P., Manipulation des nerfs crâniens, Elservier Masson SAS, 2006