Dans la liste des problèmes de santé du nourrisson, pour lesquels les parents consultent leur médecin, les coliques arrivent en deuxième place, après les régurgitations.

 

Les symptômes

Dans la plupart des cas, les coliques débutent chez 10% à 40% des bébés entre la troisième et la septième semaine de vie et peuvent se résoudrent vers l’âge de 3 mois. Généralement, ils se manifestent selon les symptômes suivants : un ventre très gonflé, tendu et dur, les mains sont crispées, les genoux repliés sur le ventre, et l’expression du visage et les pleurs démontrent souvent la détresse du bébé. Des gazs assez puissants peuvent se manifester lorsque le bébé essaie de bouger pour se libérer de ses inconforts et ses selles peuvent être douloureuses à expulser.

Malgré que les causes des coliques ne soient pas clairement comprises ou cliniquement expliquées par la médecine, il existe cependant une “règle de trois” pour poser un diagnostic probable de coliques. Le bébé pleure plus de trois heures par jour, plus de trois jours par semaine et pour plus de trois semaines. Les pleurs ou “crises de coliques” sont souvent concentrées en soirée et surviennent comme des crises spontanées, imprévisibles et prolongées. En dehors des crises de coliques le bébé semble heureux, dort bien et sa prise de poids est normale.

Les causes des coliques peuvent être en lien avec de nombreux facteurs. Cependant la cause probable pourrait être liée avec l’état d’immaturité du système digestif à la naissance. En venant au monde, le nouveau-né va continuer le développement de son système digestif, en d’autres mots “c’est comme si l’estomac, les intestins, les colons et le foie ne sont pas complètement prêts à fonctionner à la naissance, mais que le bébé lui doit s’alimenter pour prendre du poids et suivre une croissance normale”.

 

Le traitement des coliques et l’ostéopathie

La position dans l’utérus les dernières semaines de la grossesse peut occasionner des contraintes exigeantes sur le corps du foetus. Les manipulations obstétricales au moment de l’accouchement peuvent également être difficiles pour le nouveau-né. Celles-ci peuvent causer des blocages au niveau des os, du crâne, du thorax, du bassin et surtout au niveau des organes qui sont reliés à ces structures.

Dès la naissance, ou lors de l’apparition des coliques, le nourrisson peut être vu par un ostéopathe. L’ostéopathie spécialisée en pédiatrie est une excellente approche clinique qui a comme objectif la prévention et le traitement de nombreux problèmes de santé qui surviennent durant les premières semaines et mois de vie du nouveau-né.

L’ostéopathie ne remplace en rien la médecine traditionnelle. Elle peut cependant aider à accélérer le processus de réduction et d’élimination des symptômes liés aux coliques, considérant que la pédiatrie en général demeure particulièrement impuissante devant cette problématique de santé du bébé.

Lors du premier traitement en ostéopathie, l’évaluation effectuée sur le nourrisson est très spécifique visant à identifier les tensions localisées dans les organes du système digestif. Les manipulations utilisées sur le corps de l’enfant sont très délicates et ne causent aucun inconfort durant ou après la séance avec le thérapeute. Un traitement en ostéopathie peut également améliorer l’équilibre des organes, en éliminant les restrictions dans les membranes qui les recouvrent et favoriser ainsi localement une circulation sanguine plus efficace.

De plus, l’ostéopathe durant son travail évalue aussi avec précision le trajet des nerfs qui alimentent les organes du système digestif. Ceux-ci doivent être libres de tension afin entre autre que l’estomac, les intestins, le foie et les colons qui sont en lien avec les coliques fonctionnent normalement. Certains de ces nerfs sont situés à la base du crâne du bébé et peuvent avoir été légèrement comprimés lors de l’accouchement. D’autres nerfs qui se trouvent dans la colonne vertébrale et le bassin et peuvent aussi souffrir des pressions accumulées dans l’utérus et lors de la venue au monde du bébé.

Comme ostéopathe spécialisée en pédiatrie, lors de la consultation pour un problème de coliques, je consacre beaucoup d’attention aux parents considérant que souvent ceux-ci puissent être dépassés par la situation exigeante à propos de leur nouveau-né. Des recommandations pour rendre compétents les parents face à leur enfant, des conseils de positionnement et des “exercices” à faire quotidiennement avec le bébé sont expliqués afin de remédier efficacement la condition du nourrisson après le traitement en ostéopathie.

En pratique clinique, nous remarquons que seulement 2 à 3 traitements en ostéopathie spécialisée en pédiatrie sont nécessaires pour réduire considérablement les coliques du nourrisson.

 

Références

Turgeon J. et al, Dictionnaire thérapeutique pédiatrique Weber, 2e édition, Gaëtan Morin, 2008

Le Manuel Merck, traduction en français de la 18e édition, Merk Research Laboratories, 2006

Mieux vivre avec votre enfant de la grossesse à deux ans, Institut national de la Santé Publique du Québec, 2008

Sergueef N., Ostéopathie pédiatrique, Elsevier Masson SAS, 2007

Barral J.P., Manipulation des nerfs crâniens, Elsevier Masson SAS, 2006