Au cours du dernier trimestre de la grossesse le fœtus  entreprend progressivement de venir placer sa tête vers le bas de l’utérus afin de se préparer à passer dans le canal génital du bassin de la mère au moment de l’accouchement. Autour du 8e mois (parfois plus tôt) il adopte cette position également parce qu’elle lui permet plus de liberté de mouvement pour ses jambes situées en haut de l’utérus où il y a plus d’espace. Il arrive cependant pour de nombreuses raisons que le bébé ne puisse compléter cette descente pour se placer de manière optimale à un accouchement naturel.

Dans la majorité des suivis de grossesse, une échographie de contrôle est suggérée à la mère quelques semaines avant la date prévue d’accouchement (DPA) afin d’être renseigné sur la position du bébé avec davantage de précisions que la palpation manuelle. L’échographie permet également au médecin ou à la sage-femme d’offrir à leur patiente l’option d’une version utérine du fœtus  par manœuvre externe (VME) dans la circonstance ou le positionnement du fœtus  est problématique et ainsi éviter un accouchement difficile ou même l’éventalité d’une césarienne d’urgence ou plannifée.

La VME est une intervention qui consiste à changer la position de fœtus dans l’utérus, afin de permettre à la future mère de donner naissance naturellement. Des conditions favorables doivent être présentes et la version peut être impossible à pratiquer, ou contre-indiquée dans certaines situations.

Les différentes positions dans lesquelles le fœtus  peut se présenter qui puissent nécessiter une VME sont :

  • la position par le siège
  • la position transverse

 

La position par le siège

Une position de siège du fœtus  durant la grossesse ne pose pas nécessairement de problème, cependant il semble que dans 3% à 5% des cas le bébé puisse demeurer dans cette position jusqu’au sommet de l’accouchement. L’accouchement vaginal par le siège est possible dans certains Centres de naissances au Québec, toutefois la VME est une option moins invasive pour la mère que la césarienne.

La position transverse du fœtus  recensée dans 0,3% des naissances est lorsqu’il est placé à l’horizontale dans l’utérus. On peut supposer dans certains cas de cette position du bébé lorsque l’on observe que le ventre de la mère est particulièrement large. Au moment de l’accouchement la présentation de l’enfant en position transverse engage dans le vagin l’épaule en premier et non la tête. Cette présentation ne peut mener à la sortie du bébé car l’épaule peut demeurer coincée dans le bassin et un des bras peut également tomber dans le vagin de la mère. La présentation en transverse nécessite toujours un accouchement par césarienne, en raison des risques élevés de rupture de l’utérus ou de complications fœtales.

 

Les positions postérieure et de face

Il arrive parfois que le bébé déplace sa tête vers le bas de l’utérus et son bassin vers le haut, mais qu’il ne soit pas placé de manière optimale pour un accouchement naturel. Lorsque le visage du bébé fait face au nombril et non au dos de la mère, il est en position postérieure. Lorsque le bébé a la tête penchée en arrière et présente le menton dans le vagin de la mère, il est en position de face. Ces deux propositions ne nécessitent pas une VME. Dans la majorité de ces cas au moment de l’accouchement le médecin ou la sage-femme sont en mesure de faire des manipulations obstétriques conformes à ces positions afin de compléter l’accouchement vaginal du bébé.

 

La VME et son déroulement

La version par manœuvre externe est une intervention effectuée par un médecin spécialiste sous contrôle échographique et d’un monitoring du fœtus . La VME permet d’utiliser les contours du fœtus  pour l’aider à se retourner en partie par lui-même. Il est possible, dans certains cas que le médecin recommande l’utilisation d’un médicament afin de rendre l’utérus plus malléable avant de procéder à la version.

Afin de procéder à la version, le médecin dépose ses mains sur les reliefs du bébé dans le ventre de la mère en lui proposant des petites poussées. Les manipulations du médecin durant l’intervention sont uniquement externes mais il arrive parfois que certaines patientes peuvent ressentir des inconforts.

Dans certaines tentatives de VME, il arrive que le médecin ne puisse retourner le bébé dans la bonne position, il est alors indiqué selon le cas de faire une seconde et dernière version ultérieurement. On observe aussi parfois que le bébé qui était en position de siège au moment d’une version concluante, puisse dans les jours qui suivent se retourner à nouveau dans sa position initiale. Il est possible dans cette situation que l’on puisse tenter une dernière VME, selon certaines conditions.

La VME est une intervention courante et pratiquée depuis plusieurs années dans les Centres de naissance au Québec. Dans de très rares cas, la version peut entraîner des conséquences difficiles ou exigeantes sur la fréquence cardiaque du fœtus et peut également occasionner le déclenchement d’un accouchement précoce. L’ensemble de l’équipe médicale qui assiste la VME est préparée à ces éventualités afin de réagir en conséquence. Dans la littérature médicale,  les recherches soulignent le fait que les procédures liées à la VME ont démontré des risques moins importants que ceux qui sont liés à la césarienne.

Les contre-indications à la VME sont :
  • les diminution ou augmentation importantes du liquide amniotique
  • les malformations utérines
  • une position anormale du placenta
  • des saignements utérins durant le dernier trimestre
  • une malformation fœtale
  • une pathologie cardiaque ou hypertension de la mère
  • les grossesses multiples
  • autres

 

L’ostéopathie et le suivi de la grossesse

L’ostéopathie est une approche globale dans le traitement des tensions causées par les transformations qui surviennent lors de la grossesse. Dans la pratique clinique, on remarque que les femmes commencent à consulter en ostéopathie au cours du deuxième e et du troisième trimestre. Le travail de l’ostéopathe consiste en partie durant ces étapes de la grossesse à optimiser les chances du déplacement du fœtus dans la bonne position pour faciliter un accouchement vaginal. De plus, les traitements en ostéopathie lors du suivi de grossesse peuvent avoir un effet bénéfique sur la réduction du temps de travail lors de l’accouchement, et la diminution d’interventions médicales (utilisation de forceps, de ventouse et de péridurale). En prévision d’une VME, il est utile et même recommandé par le médecin ou la sage-femme que la future mère consulte un ostéopathe spécialisé en périnatalité afin de pouvoir augmenter les chances de réaliser une intervention de VME concluente.

 

Références

About Kids Health, Accouchement par le siège et autres accouchements inhabituels, www.aboutkidshealth.ca

Centre des naissances du chum, Version par manœuvre externe, www.chummontreal.qc.ca

Doré N. et Le Hénaff D., Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans, guide pratique pour les mères et les pères, Institut national de santé du Québec, www.inspq.qc.ca